Dans les forêts de Sibérie par Sylvain Tesson

Sylvain Tesson est parti 6 mois dans une cabane sibérienne sur les bords du lac Baïkal, isolée par plusieurs heures de marche de son plus proche voisin pour mettre entre notre triste monde du complet cravate et des quinze sortes de ketchup et lui un maximum de kilomètres, pour savoir si il se supporterait, pour s’attabler quelquefois avec des russes, pour lire beaucoup, pour vivre totalement et pour s’offrir ces trois luxes de notre siècle : le froid, l’espace et le silence.

Que les choses soient claires, je suis un inconditionnel de Sylvain Tesson. Là, plus que dans tous ses autres livres, l’auteur touche à l’universel. Un formidable travail de Littérature avec une grand L. Et comme toujours face  à une véritable oeuvre, on ne sait ou le classer : Journal, récit de voyage, méditation, philosophie…

Que dire de se livre si ce n’est que c’est un livre total, un livre indispensable d’un auteur rare, une plongée dans le coeur de la forêt et dans le coeur de l’homme.

Le seul problème que m’a posé ce livre fut de ne pas en annoter les trois-quart tant chaque propos est juste, résonnant au plus profond de moi, tant l’écriture est précise et pesée chez cet habitué des aphorismes, tant la profondeur de la réflexion est constante mais jamais verbeuse ni pédante.

Sylvain Tesson nous livre son chemin, un chemin éprouvé dans sa chair et dans son âme, un récit d’une absolue vitalité, ciselé par les glaces, réchauffé par la fourrure de ses chiens, un récit d’homme, à mille lieues des certitudes rebattues à longueur de média, une pépite.

Voilà le deuxième livre de la rentrée (avec celui d’Olivier Maulin) qui pose le problème du refus du monde moderne. Pas un refus par dogmatisme adolescent chez ces deux auteurs, mais un profond écœurement et une grande lassitude. N’allez pas y voir non plus de la misanthropie, c’est justement l’amour de « l’humain dans l’homme » qui leur enjoint de rejeter la deshumanisante modernité.

Dans les forêts de Sibérie par Sylvain Tesson est édité chez Gallimard, disponible dans les bonnes librairies et rigoureusement indispensable à votre bibliothèque.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Dans les forêts de Sibérie par Sylvain Tesson »

  1. Laugaut Auteur de l’article

    C’est vrai, ce refuge peut même ce trouver au coeur des villes !
    A lire à ce sujet le magnifique livre d’Ernst Jünger « Le traité du rebelle ou le recours au forêts », hélas très difficile à trouver.
    Merci de votre visite.

    Répondre
  2. Ping : 6 mois en une heure… « Chez Laugaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s