Solstice d’hiver

Je ne sais pas si le galiléen fils d’un charpentier est né le 25 décembre, ce dont je suis sûr c’est que demain, quand le soleil invaincu réapparaitra, nous fêterons le solstice d’hiver.
Quand je dis nous, j’entends une très grande partie de ce monde et encore quelques européens qui n’ont pas oublié leurs origines.

En cette période, nous faisons entrer dans nos maisons pour lui donner la place d’honneur et le parer un sapin, sans trop réellement savoir pourquoi.
Sachez que dans toutes nos traditions européennes le sapin est présent et très souvent lié aux fêtes du solstice d’hiver. Sans entrer dans de longues bien que passionnantes descriptions de ces mythes, permettez moi de vous livrer simplement ma méditation, nourrie de nos traditions.

Le sapin est l’arbre qui ne perd pas son feuillage, le seul qui arrive dans la terre gelée et pauvre, dans les jours sombres, à puiser les éléments qui le garde vert.
Le jour du solstice d’hiver est le jour le plus court de l’année, le plus sombre.
Les symboles sont là; riches de sens, riches d’enseignement.

Que, comme l’arbre sacré nous restions verts pendant le temps sombre, que nous cherchions toujours profond dans cette terre gelée de la modernité les éléments qui nous maintiennent, que nous restions confiants dans la magnifique loi des cycles, car après le temps sombre vient le temps de la lumière, le temps du renouveau.
Comme le pin dont les feuilles sont réduites en épines pour survivre, sachons nous centrer, éviter la dispersion et l’étalage, soyons forts, et que cette force ne nous empêche pas de porter beau ni d’exhaler de doux parfums dans les sous-bois tristes !

En quelques mots, méditons, cultivons nous, allons à la rencontre de nos mythes et de nos traditions et vivons les; osons être différents quand tous les autres sont semblables (Nietzsche aurait dit indifférencié ); portons en nous cette richesse pour qu’elle exhale vers ceux qui nous croisent et nous côtoient; restons confiants malgré ces temps de chaos, ces temps de désordre, cet âge de fer, cet âge du loup; transmettons cet amour et cette confiance, le retour des temps lumineux ne sera surement pas pour notre génération, mais cette confiance et cet amour qu’il est un devoir de garder et de transmettre nous rendra heureux, heureux dans ce monde de froid et de tristesse dont nous sommes surement les moins dupes de tous.

Mais il est d’autres arbres qui sont en dormition aux temps sombres et irradient de beauté au temps du renouveau ! Les Dieux nous convient à la contemplation de ce monde dans son grand foisonnement, dans sa magnifique pétulance, sachons l’honorer, l’admirer, et nous inspirer de ces formes variées. Soyons nous-même, trouvons dans notre sol, dans notre substrat le destin qui est le notre, et comme le disait Nietzsche (encore lui) : « deviens qui tu es ».

A tous, bon solstice !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s