13 mars 1954, début de la bataille de Dien Bien Phu

Parce que ce n’est pas dans l’air du temps, parce qu’aujourd’hui il est de bon ton de vomir sur tout ce qui porte un uniforme, parce que j’ai eu l’honneur de porter le même béret qu’eux, parce que leur idéal était plus grand que la cause qu’ils défendaient, parce qu’ils portaient des valeurs éternelles, parce que leur souffrance fut silencieuse et pudique, parce que cette défaite fut une des plus belles et des plus honorables page de notre histoire militaire, parce qu’ils étaient des hommes, qu’ils devinrent des héros.

« C’est la veulerie du système politique et militaire qu’ils ont giflée de la grande claque de leurs parachutes, ouverts dans l’air d’une nuit striée de balles traçantes.  Grâce à tous ces garçons, la guerre d’Indochine a su  bien mourir.  Un survivant est toujours un débiteur… »
Pierre Schoendoerffer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s