Le paysage défilait…

Le paysage défilait…

Cette phrase passe partout de la littérature, lue et relue, écrite jusqu’à l’usure, jusque’à la vider de sa substance cache un vrai trésor.

Guetter les subtils changements de la route annonçant un ailleurs, jouir du plaisir enfantin d’être le premier à « voir la mer », ressentir la géographie de l’entre deux entre plaine et montagne…

Sur la route du retour, la tête renversée ou collée à la fenêtre, laisser grandir en soi ce doux sentiment de nostalgie quand quand filent les nuages…

C’est ça le paysage qui défile, c’est ce mouvement qui nous porte vers ailleurs, qui nous ramène à la maison. C’est de ces lignes de fuite que naissent de belles méditations, de ces moments intenses qui parfois nous resteront plus durablement que ce que nous sommes partis chercher…

Comme je me plais souvent à le rappeler, ce qui compte dans le chemin, c’est le chemin ! Alors vivons l’instant présent d’accord, mais sachons que ce qui lui donne sa saveur c’est l’avant et l’aprés, l’au delà et l’en deçà, le départ, l’arrivée et le retour… en un mot le mouvement.

Il y'a toujours ce qu'on laisse derrière soi...

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s